Derniers articles
  • Home
  • Articles
  • PRISP/Gouvernance : LE CONGO S’APPRETE A CONCRETISER L’ENROLEMENT BIOMETRIQUE DES AGENTS CIVILS DE L’ETAT

PRISP/Gouvernance : LE CONGO S’APPRETE A CONCRETISER L’ENROLEMENT BIOMETRIQUE DES AGENTS CIVILS DE L’ETAT

Par du 26 octobre 2021 0 869 Views

Le Ministère de la fonction publique, du travail et de la sécurité sociale(MFPTSS) se prépare à réaliser l’opération d’enrôlement biométrique des agents civils de l’Etat. La faisabilité de cette opération à travers le numéro d’identification unique (NIU) a été examiné lors des travaux de l’atelier organisé à Kintélé, du 21 au 25 octobre 2021, grâce à l’appui du projet des réformes intégrées du secteur public (PRISP).

 L’enrôlement biométrique des agents civils de l’Etat est une activité fondamentale qui s’inscrit dans le cadre de l’amélioration de la mobilisation des ressources internes et la rationalisation des dépenses publiques.

Pour maitriser la masse salariale, le Gouvernement a produit le rapport du recensement physique réalisé en 2016 et s’apprête à concrétiser le recensement biométrique des agents civils de l’Etat. Les résultats du recensement biométrique permettront également au Gouvernement d’apurer le fichier de la fonction publique et de finaliser le redéploiement du personnel civil.

Christian ABOKE-NDZA, Directeur de cabinet du MFPTSS

Ferdinand DOUKAGA KWANDA, Coordonnateur du PRISP

C’est au cours de l’atelier de faisabilité de ce recensement biométrique que les participants, venus des ministères en charge de la fonction publique, des finances, du plan, et ceux de la direction générale du numéro d’identification unique (NIU) et de l’agence congolaise des systèmes d’information (ASCI) , ont actualisé le manuel de procédure de cette opération, proposé l’arsenal juridique nécessaire, défini les modules de formation de cadres et agents recenseurs, proposé une stratégie de communication du déploiement de l’enrôlement biométrique et spécifié les équipements nécessaires à l’opération.

Aux termes des travaux, les participants ont recommandé, entre autres mesures, l’analyse des facteurs de résistance ou de risque pouvant constituer un obstacle à la réussite de cette opération, l’élaboration du cadre  logique de mise en œuvre de la stratégie de communication, la campagne de sensibilisation sur l’intérêt de l’opération et de l’obtention de la carte professionnelle afin de susciter l’adhésion massive des agents civils de l’Etat, la prise en compte des agents nouvellement recrutés, la protection des données confidentielles des agents enrôlés et les dispositions de  sécurisation du matériel d’enrôlement et des logiciels.

A la cérémonie de clôture des travaux, félicitant et remerciant les participants, le coordonnateur du Projet des réformes intégrées du secteur public (PRISP), Ferdinand DOUKAGA KWANDA a souligné la nécessité de consolider le processus de faisabilité de l’opération d’enrôlement biométrique des agents civils de l’Etat par la diligence des pouvoirs publics, la complémentarité et la mutualisation de synergies entre tous les acteurs engagés dans l’opération.

Pour le directeur de cabinet du ministère de la Fonction publique, du Travail et de la Sécurité sociale, Christian ABOKE-NDZA, qui a clos les travaux, « la pertinence des conclusions et des recommandations issues de l’atelier confirme la nécessité et l’urgence de mettre au point toute la documentation et tous les outils essentiels à la conduite rassurante de cette opération ».

 Après cet atelier, le PRISP compte accélérer la réalisation définitive du câblage réseaux du site abritant la direction générale de la fonction publique ; la mise en œuvre du registre de la fonction publique avec la contribution du NIU pour l’opérationnalisation du Système intégré de gestion des ressources humaines de l’Etat (SYGRHE).

Raymond NTI

Responsable communication du PRISP

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.